Le credo des greeters ? « Venez en visiteurs, repartez en amis ! »

Le credo des greeters ? « Venez en visiteurs, repartez en amis ! »

Comment est née l’association ?

Christian Ragil Christian Ragil : La première association, Big Apple Greeter, est née en 1992 à New-York. Lynn Brooks fonde cette association pour redonner envie aux visiteurs de découvrir la ville qui, à l’époque est vue comme un véritable coupe-gorge. Et ça marche ! De nombreuses associations voient le jour. Un succès tel que le mouvement traverse les frontières. À partir de 2005, beaucoup apparaissent en France à Nantes, Paris, Lyon…

Comment s’organise le mouvement aujourd’hui ?

C. R. : Tous les greeters font partie du réseau international Global Greeters Network. La moitié est organisée en associations et l’autre est directement rattachée à des offices de tourisme. La fédération attribue le « label greeter », aide les nouvelles villes à établir leur programme et rassemble annuellement les différents adhérents en colloque pour débattre des problèmes communs.

Quelles sont les valeurs des greeters ?

C. R. : Notre réseau respecte six valeurs fondamentales : les équipes d’accueil sont bénévoles ; les groupes réunissent jusqu’à six personnes ; la visite est gratuite ; toute personne, visiteur ou accueillant, est bienvenue sans aucune discrimination ; c’est une démarche de tourisme durable ; et enfin c’est un mouvement qui favorise les échanges culturels pour un monde meilleur.

Concrètement, ça marche comment ?

C. R. : Chaque groupe est constitué de 6 personnes maximum. À Paris, les visiteurs précisent directement sur www.parisgreeters.fr leur langue, leurs goûts et préférences de visites. En fonction, on les met en relation avec le greeter qui les accompagnera puis ils se mettent d’accord sur les derniers points de détails de la balade directement. En général, les balades durent 2h30 mais il peut arriver que cela se prolonge toute une journée. À la fin, on partage souvent un petit verre.  Eh oui, ce sont les joies de la rencontre !

Comment expliquez-vous le succès grandissant des greeters et autres formes de tourisme participatif ?

C. R. : En réaction au tourisme de masse, de nouveaux voyageurs sont nés. Dans un monde individualiste, matérialiste et de plus en plus virtuel, ils recherchent des rencontres qui ont du sens. C’est ainsi que les greeters passionnés de leur ville se proposent de la faire visiter à leur façon ; rien de mieux pour connaître une ville de l’intérieur. Dans le même esprit, le couchsurfing met en relation des personnes du monde entier pour accueillir des visiteurs le temps d’une nuit sur leur canapé. Comme l’indique la charte du site, bien au-delà d’un simple hébergement, l’idée est de participer « à la création d’un monde meilleur, canapé après canapé ! ». Et d’autres sites très proches existent comme www.hospitalityclub.orgwww.servas.org ou www.cosmopolithome.com. Sur la toile émerge donc une nouvelle communauté de voyageurs où la relation humaine passe avant tout. 

Pourquoi êtes-vous devenu un greeter ?

C. R. : La motivation première d’un greeter est de partager sa passion, de rencontrer des nouvelles personnes et aussi de parler une langue étrangère. Moi, dès que j’ai été à la retraite, j’ai cherché de nouvelles activités. Comme je suis très branché architecture et que j’aime voyager et aller à la rencontre des gens, le mouvement m’a tout de suite plu. Aujourd’hui, j’aime toujours autant emmener les gens en balade à la découverte des superbes immeubles de l’ouest de Paris.

Quelle est la motivation des greeters que vous rencontrez ?

C. R. : Les personnes que nous accueillons sont de tout âge et ont tous le même esprit voyageur et curieux. Ils rêvent de connaître la vie de tous les jours des Parisiens. Souvent très pointus sur certains sujets, ils ont soif de découvrir ou d’approfondir leurs connaissances culturelles sur la ville.

Quels sont les projets des greeters ?

C. R. : Grandir bien sûr ! Et pour nous faire connaître, trouver des nouveaux modes de collaboration avec les villes sans pour autant abandonner ce que nous sommes. De beaux défis en perspective ! 

Pour en savoir + : www.francegreeters.fr

  • Lilith

    C’est une honte qu’un organisme tel que le vôtre, fasse de la publicité pour les greeters qui ne savent que manger le pain des professionnels du tourisme, tels que les guides interprètes conférenciers diplômés, car ces gens n’ont aucune connaissance sérieuse et reconnue en art, en histoire et encore moins en histoire de l’art. Franchement, je pensais que Nature & Découvertes était doté d’un peu plus de bon sens!

  • mamy 65

    Je comprends la réaction de « lilith »,mais il me semble qu’il n’y a pas concurrence mais une approche différente Les touristes qui s’adressent aux greeters ne recherchent pas la conférence « professionnelle » mais un contact local ,pour s’imbiber de mode de vie,d’expérience et de visions différentes .De plus sans être diplômé ,on peut être passionné, avoir des connaissances ,et un vécu à transmettre .

  • Hans

    Je suis historien et sociologue. Je fais une visite très personnelle à travers le Paris royal, impérial et ecclésiastique, son urbanisme et son architecture en rapport avec l’analyse de la société française passée et présente (rive droite et gauche, du palais Royal au Paliais du Luxembourg) et uniquement en langue allemande. Tous les gens que j’ai emmené jusqu’ici sur ce trajet (environ 25 visites /an), généralement des déçus des guides, m’ont dit que les guides professionnels qu’ils avaient déjà sollicité ne leur ont jamais donné ça, que leurs connaissances étaient généralement plus superficielles et juste un peu plus riche qu’un guide écrit. Alors, les « guides interprètes conférenciers diplômés », je demande à voir ! Ceux qui sortent des cadres conventionnels sont très rares. Les greeters, quel que soit l’angle personnel de chacun d’entre eux, ne sont absolument pas sur le même marché que les guides. Si les guides ont le sentiment de perdre de la clientèle, c’est probablement que la majorité ne répondent ni aux attentes, ni à la « promesse » faite… Au lieu de se battre contre un fantôme, ils pourraient plus utilement d’abord s’interroger sur la qualité de leurs prestation et son adéquation avec les attentes de leur clientèle.

  • Chris

    Pour avoir constaté trop souvent le « mépris » parfois profond, dans lequel certains guides tenaient les groupes de visiteurs qui leur étaient confiés, je pense qu’il faut aujourd’hui dépasser complètement ce débat qui n’a pas vraiment lieu d’être, sauf à vouloir défendre, par principe, des intérêts corporatistes.
    Les guides officiels ne sont pas des greeters et les greeters ne sont pas des guides.
    En règle générale on ne choisit pas son guide « officiel » tandis que même a minima on choisit son greeter et que ce dernier a aussi la faculté de « choisir » les visiteurs en fonction des souhaits qu’ils ont exprimés et de la capacité qu’il estime avoir de répondre à leur attente.
    L’absence de rapport commercial et financier obligé peut sembler déterminant tant pour certains visiteurs que pour les greeters.

  • régine

    Ce message s’adresse à Audrey ou à Christian Ragil : il est bien triste de voir la langue française malmenée sans doute à cause d’une rédaction trop rapide ou d’un défaut de relecture de leur texte de présentation de l’association « Fance Greeters  »
    la ville est vuE ( et non : vu )
    c’est un mouvement qui favorisE ( et non : favorisent )
    de beaux défis en perspectivE

L'équipe

Conçu avec amour par Nature et Découvertes, le blog de la Tribu réunit curieux et passionnés, des optimistes dans l’âme désireux de porter un nouveau regard sur le monde.
Il accueille des plumes de Nature et Découvertes et des contributeurs passionnants, occasionnels ou réguliers, blogueurs et spécialistes.

Adeline Alternative Montessori

Adeline

Sème et diffuse la bienveillance !

Andréa

Andrea

Créative, écolo, geekette, éternellement optimiste

Anne-Claire

Anne-Claire

Maman bio, green-geekette, accro au homemade

Audrey

Audrey

Accro aux belles rencontres, aux mille et une curiosités de la vie

Blaise

Blaise

Méditation, cultures du monde font partie de ses sujets favoris

Camille

Pleine de vie, positive, à l’affût des tendances

Camille Mange tes légumes

Camille

Blogueuse, Cycliste & Naturopathe

Catherine

Catherine

Aiguise sa curiosité sur les tendances bien-être et de la parentalité

Julie from Paris

Julie

Communicante engagée, ecolo girl optimiste et naturopathe

julieg

Julie

Aventurière coquette, blogueuse gourmande et éternelle enthousiaste!

Laura Oh my Buddha

Laura

Yogini dans le vent !

Marie-Hélène

Dingue de la philosophie Montessori, aventurière dans l’âme, auteure passionnée

Maximilian

Aventurier des temps modernes