Et si vous dormiez à la belle étoile ?

Et si vous dormiez à la belle étoile ?

La magie du camping sauvage.

Terminées les réservations, l’organisation à l’avance, les factures vertigineuses. Si vous êtes prêt à abandonner le confort et la certitude pour embrasser les plus beaux panoramas et l’improvisation, alors le camping sauvage est fait pour vous.

Il faut se faire à la rusticité de la nature, composer avec les insectes, les bruits de la nuit et un confort un peu revu à la baisse, mais la magie opérée par le camping sauvage n’a pas d’équivalent. Admirer un coucher du soleil depuis ma tente, passer une soirée sympathique autour d’un feu de camp, regarder le ciel étoilé jusqu’au bout de la nuit, me laisser bercer par les bruits des grillons ou encore écouter les pas des chevreuils et des sangliers en m’abritant sous cet habitat précaire qu’est la tente…Tous ces moments inoubliables viennent enrichir mon voyage à chaque fois que je pratique le camping sauvage.

Entre bivouac et camping sauvage : trucs et astuces de base.

Le bivouac consiste à dormir sans toit : dans un hamac, un duvet… Il est autorisé dans la plupart des pays européens. Le camping sauvage avec tente est, quant à lui, illégal dans la plupart des pays ; il reste toléré si on s’y prend bien. Je partage avec vous les quelques règles d’or à respecter !

Tout d’abord, le lieu ! Evitez les propriétés privées, sinon, vous risquez d’avoir des ennuis. Si tel est le cas, allez à la rencontre du propriétaire et demandez-lui l’autorisation de planter votre tente sur son terrain. Très souvent, il accepte, et est même ravi de partager un bout de soirée autour d’un verre ou d’un repas ! Les stades de foot des petits villages sont aussi un bon plan. Parfois, il y a même une source d’eau utilisable.
Le plus sûr pour ne pas être dérangé, ce sont toujours les forêts ou les plaines non cultivées. Attention aux cours d’eau et au lacs, ils signifient souvent la présence de moustiques. Comme je ne suis jamais à l’abri des intempéries, j’évite de planter ma tente dans une cuvette qui pourrait rapidement se remplir d’eau et me causer un réveil désagréable. De même, le vent peut se lever en pleine nuit, si je peux dormir abrité par une butte ou de la végétation, c’est mieux !
Autre conseil : je plante ma tente suffisamment tôt pour m’abriter lorsque le soleil se couche et que les moustiques s’activent, mais suffisamment tard pour ne pas attirer les regards curieux ! C’est en effet un autre point à respecter : le bon timing. Je ne plante pas ma tente à 14h, c’est ainsi qu’on s’attire des ennuis ! J’attends la fin de journée pour installer mon campement. De même, le matin, je ne fais pas la grasse matinée et j’essaie de lever le camp assez tôt.
Enfin, le camping sauvage est toléré lorsque je laisse l’endroit tel que je l’ai trouvé : propre. Cela implique aussi de ne pas faire de feu.
Si je respecte ces règles d’or, personne ne viendra me déranger !

 

 

Pour les plus aventureux.

Souvent, la curiosité et la folie aventurière me conduisent ailleurs. Je suis tenté par des spots de plus en plus exposés, des vues de plus en plus belles mais situées dans les parcs naturels, protégés. J’ai envie de faire un feu de camp. À partir de là, je suis passible de sanctions et si je suis découvert, on ne me laissera pas tranquille aussi facilement que ça. Sans vous pousser à cette pratique, voici cependant mes retours d’expérience.

Lorsque je fais du camping sauvage dans un endroit très découvert, comme au sommet d’une montagne ou d’une colline par exemple, je monte ma tente uniquement lorsque la nuit tombe. J’évite de me faire trop remarquer et je n’oublie pas de mettre un réveil très tôt pour ranger le tout avant de pouvoir être repéré.
Si je souhaite faire un feu de camp, je veille à ce que celui-ci reste de taille modérée et j’essaie de le mettre à l’abri du vent et des regards. Si je trouve un rocher par exemple, c’est l’idéal pour camoufler mon feu.
Dans tous les cas, si on vient me voir, que ce soit des gendarmes, la police, le propriétaire…, je reste toujours aimable, souriant, et je prends la peine d’expliquer mon cas. Cela reste encore la meilleure façon de se prémunir d’embrouilles et il est très rare qu’on me demande de quitter le spot.
Si mes premières nuits de camping sauvage ont été marquées par une angoisse et une excitation fortes, j’y ai vite pris goût et suis même devenu accro ! J’ai acquis des réflexes, du bon sens et un savoir-faire, et ce rapidement.
À votre tour : la première quinzaine d’août et son spectacle d’étoiles filantes s’y prêtent tout particulièrement !

 

L'équipe

Conçu avec amour par Nature et Découvertes, le blog de la Tribu réunit curieux et passionnés, des optimistes dans l’âme désireux de porter un nouveau regard sur le monde.
Il accueille des plumes de Nature et Découvertes et des contributeurs passionnants, occasionnels ou réguliers, blogueurs et spécialistes.

Adeline Alternative Montessori

Adeline

Sème et diffuse la bienveillance !

Andréa

Andrea

Créative, écolo, geekette, éternellement optimiste

Anne-Claire

Anne-Claire

Maman bio, green-geekette, accro au homemade

Audrey

Audrey

Accro aux belles rencontres, aux mille et une curiosités de la vie

Blaise

Blaise

Méditation, cultures du monde font partie de ses sujets favoris

Camille

Pleine de vie, positive, à l’affût des tendances

Camille Mange tes légumes

Camille

Blogueuse, Cycliste & Naturopathe

Catherine

Catherine

Aiguise sa curiosité sur les tendances bien-être et de la parentalité

Julie from Paris

Julie

Communicante engagée, ecolo girl optimiste et naturopathe

julieg

Julie

Aventurière coquette, blogueuse gourmande et éternelle enthousiaste!

Laura Oh my Buddha

Laura

Yogini dans le vent !

Marie-Hélène

Dingue de la philosophie Montessori, aventurière dans l’âme, auteure passionnée

Maximilian

Aventurier des temps modernes